Recevez GRATUITEMENT le "Mini-Guide des Utilisations du Bicarbonate de Soude"

Le Mini Guide Express des Principales Utilisations du Bicarbonate de Soude (ou Bicarbonate de Sodium)

Bonjour et merci de visiter le blog MonBicarbonate.fr.

Laissez votre prénom et votre email pour recevoir gratuitement Le Mini Guide d'Utilisation du Bicarbonate de Soude.

  • Je ne suis pas intéressé par les produits écologiques du site Compagnie-Bicarbonate.com. Merci de ne pas m'envoyer de propositions commerciales.

* Champs requis

Close

monbicarbonate.fr | le blog de la communauté du bicarbonate de soude

retrour  l'animation
Acheter du bicarbonate de soude

3 novembre 2010 11 Commentaires

Le bicarbonate de soude est-il un désinfectant ?
Écrit par

Comment une molécule aussi universelle que le bicarbonate de soude (bicarbonate de sodium) peut-elle nous aider à assainir notre environnement sans risque pour notre santé ? En plus des articles déjà présents sur ce blog qui détaillent l’aide que le bicarbonate peut vous apporter au jardin et au potager (pour lutter contre les mauvaises herbes ou contre certaines moisissures), à la maison pour assainir les tapis et les matelas contre les allergènes d’acariens, pour vos éloigner les parasites de vos animaux domestiques ou même pour soulager vos enfants des poux et des lentes, vous trouverez ci-dessous quelques explications sur son utilité pour assainir notre environnement. Cette première partie est dédiée aux bactéries et autres mirco-organismes potentiellement pathogènes..

Le bicarbonate de soude est-il désinfectant ou bactéricide ? Illustration Staphylocoque doré

Le bicarbonate de soude : désinfectant ? Bactéricide ? Bactériostatique ? Illustration : staphylocoque doré (Staphylococcus aureus)

  • Sur les bactéries… Autant le préciser tout de suite le bicarbonate n’est pas un désinfectant, ni un bactéricide ! Pour prétendre à cette appellation, il y a des normes strictes à respecter (par exemple tuer 99,9 % de telle type de bactérie pathogène en X minutes à telle concentration) et le bicarbonate ne peut prétendre qu’au terme un peu vague de « bactériostatique », qui signifie « bloque le développement des bactéries ». Il est bactériostatique comme peut l’être le sel (NaCl ou chlorure de sodium, notre sel de table) qui est aussi un conservateur. Et là encore, les résultats peuvent évidemment être très variables en fonction du type de bactéries et de la concentration en bicarbonate. Pratiquement, on peut dire qu’il faudra atteindre des concentrations de bicarbonate dans l’eau proche de la saturation (c’est à dire du seuil au delà duquel on ne pourra plus dissoudre davantage de bicarbonate), correspondant à des doses de l’ordre de 50 à 80 g/litre soit 5 à 8 % en fonction de la dureté et de la température de l’eau) pour obtenir un blocage du développement de la quasi-totalité des bactéries. D’autres produits, comme l’eau oxygénée (peroxyde d’hydrogène) ou dans une moindre mesure le percarbonate de soude (percarbonate de sodium) sont beaucoup plus efficaces pour désinfecter, et sont « écologiquement acceptables ». Il est même prouvé qu’il peut y avoir des synergies intéressantes entre ces produits désinfectants et le bicarbonate.
  • Il n’en reste pas moins qu’utiliser le bicarbonate pour l’entretien de la maison est un facteur d’hygiène incontestable, puisqu’il décroche très efficacement les impuretés de leurs supports, et les micro-organismes nuisibles en même temps, qui seront évacués avec l’eau sale. C’est le principe du nettoyage des fruits et légumes avec le bicarbonate : on ne tue pas, mais on décroche et on évacue ! Et on ne laisse pas de résidus potentiellement toxiques sur les aliments, puisqu’on utilise un produit de qualité alimentaire… avouez que c’est séduisant, comme principe, non ?
  • Et pour les soins du corps, et l’utilisation du bicarbonate comme déodorant, c’est à la fois l’action « tampon » (qui permet de neutraliser l’acidité de la transpiration), et l’action bactériostatique qui permettent d’obtenir des résultats aussi surprenants.
  • En résumé… Le bicarbonate n’est pas un désinfectant, ni un bactéricide ! En revanche, c’est un formidable allié pour l’assainissement de notre environnement grâce à son efficacité dans le nettoyage. Dn plus, il est souvent plus intelligent de ne pas « tout tuer », car certaines bactéries sont utiles (les bactéries dangereuses sont même souvent en minorité dans notre environnement, et heureusement !). Alors, nettoyer efficacement plutôt que désinfecter, freiner le développement plutôt que détruire, c’est un des aspects sympathiques de l’utilisation du bicarbonate à la maison. Un produit « Sûr, Simple et Sensé » !
  • La partie n°2 de notre mini-série « Le bicarbonate de soude aide les gentilles grosses bêtes à lutter contre les méchantes petites » traitera des allergènes d’acariens et de moisissures et de l’aide que le bicarbonate peut vous apporter dans ce domaine.
  • Sources :Malik YS, Goyal SM (May 2006). « Virucidal efficacy of sodium bicarbonate on a food contact surface against feline calicivirus, a norovirus surrogate ». International Journal of Food Microbiology 109 (1-2): 160–3. doi:10.1016/j.ijfoodmicro.2005.08.033. PMID 16540196
  • Bon bicarbonate !

Nous avons sélectionné pour vous le meilleur du bicarbonate, disponible en cliquant ici :

Acheter du bicarbonate de sodium ou bicarbonate de soude à la Compagnie du Bicarbonate

La gamme de la Compagnie du Bicarbonate


A propos de l'auteur :

Passionné de produits naturels et d'écologie, Nicolas Palangié est un promoteur actif de ce qu'il appelle "l'écologie pragmatique". A l'origine spécialiste du bicarbonate, il crée son premier blog www.monbicarbonate.fr et écrit un livre à la demande des éditions Eyrolles: "Bicarbonate: un concentré d'astuces", qui paraît en 2011. A la demande de ce même éditeur, il se consacre ensuite au chlorure de magnésium et se lance en 2012 dans la rédaction d'un nouvel ouvrage dans la même collection, et crée un nouveau blog www.chlorure-de-magnesium.fr (ouverture 4e trimestre 2012), destiné à diffuser au grand public une information sérieuse et validée.

a écrit 62 articles.

11 commentaires

  • Bicarbonate · 11 janvier 2011 à 21 h 43 min

    Merci pour toutes ces infos que l’on a pas avec de simples recettes de grand-mères. L’action du bicarbonate n’est pas aussi claire que l’on pourrait penser !

    Répondre

  • NOEL · 18 janvier 2011 à 19 h 08 min

    j’aimerais utiliser le bicarbonate pour laver un cheval qui a un énorme problème de peau mais je ne sais pas en quelle quantité , nulle part on ne parle de la dilution à utiliser ?
    Je sais qu’après il faudra laver avec un désinfectant mais il parait que le bicarbonate aidera à faire tomber les croutes

    Répondre

    • Admin comment by Nicolas · 20 janvier 2011 à 16 h 19 min

      Bonjour Noël,
      Je ne suis pas vétérinaire… mais la dilution habituellement recommandée pour soulager les irritations et libérer la peau des squames et des croûtes chez l’humain est de l’ordre de 0,5 à 1 % en poids, soit 10 g (2 cuillères à café) par litre d’eau. Mais il s’agit généralement de bains. Dans le cas de ton cheval, je pense qu’il faudrait pousser la concentration un peu plus, en montant à 30 g/litre soit 2 cuillères à soupe par litre d’eau (3 % en poids). En dessous de cette concentration, je pense que tu auras du mal à obtenir un effet sur les croûtes. Tu peux laisser l’eau bicarbonatée au moins 20-30 mn avant de rincer. Vas-y progressivement, de toutes façon le bicarbonate n’est pas toxique. Je ne suis pas sûr qu’il soit nécessaire d’utiliser un désinfectant car à cette concentration-là, et s’il n’y a pas de plaies, le bicarbonate suffit à bloquer le développement des bactéries. Tiens-nous au courant des résultats, et consulte un véto s’il n’y a pas d’amélioration.

      Répondre

  • pechinot · 27 janvier 2012 à 11 h 18 min

    Question à Nicolas:

    En apiculture plusieurs sites d’apiculture proposent l’action désinfectante des cristaux de soudes avec comme protocole immersion pendant 10 mn des cadres de ruche dans une eau bouillante avec 3 à 10% de cristaux de soude pendant 10 mn.
    Il est vrai que les cadres ressortent nickels par les propriétés dissolution de la cire et de la propolis (saponification)

    Mais quid de la désinfection proprement dite?
    La plupart des germes sont surement négociés par l’eau bouillante mais quand est il des spores qui peuvent être extrêmement résistantes ancrées sur le bois?
    a noter une confusion aussi avec la soude caustique naoh qui elle à des propriétés bactéricides avérées mais beaucoup trop dangereuse d’utilisation à mon avis dans une utilisation privée
    Bref avez vous des données sur une action bactéricide mesurée d’une solution bouillante de cristaux de soude ?

    Répondre

    • Admin comment by Nicolas · 19 février 2012 à 17 h 47 min

      Bonjour Michel,
      Le bicarbonate a des propriétés fongistatiques avérées… ce qui veut dire qu’il bloque le développement des moisissures mais qu’il n’y a pas de garantie sur les spores. Il s’agit là de carbonate de sodium décahydrate, à priori plus puissant que le bicarbonate en termes d’attaque des lipides et des protides. Je pense que les spores ne doivent pas aimer, mais il est difficile d’affirmer que l’action sera totale sur tous les spores, y compris ceux qui auront pu s’installer en profondeur dans le bois. Tout ce que je peux dire, c’est que le rapport efficacité/toxicité pour les abeilles sera certainement intéressant et que cela vaut la peine d’essayer. Désolé de ne pas pouvoir en dire plus, je ne dispose pas d’étude spécifique. Bien cordialement, Nicolas

      Répondre

      • Ludovic · 20 février 2012 à 11 h 32 min

        Bonjour Nicolas,

        Y-a t’il un intérêt à combiner bicarbonate de sodium et percarbonate de sodium dans le cadre du lavage du linge ?
        Cordialement
        Ludovic

      • Admin comment by Nicolas · 23 février 2012 à 9 h 56 min

        Bonjour Ludovic, le percarbonate est surtout intéressant pour son action blanchissante à relativement basse température, et aussi pour son incidence raisonnable sur l’environnement (moins d’énergie et une biodégradabilité satisfaisante). Etant donné qu’il se scinde en carbonate de soude (Na2CO3) et en eau oxygénée (H2O2), je pense que la calcaire sera efficacement abattu par le carbonate et que l’action blanchissante de l’eau oxygénée sera optimale, même sans ajouter de bicarbonate. Mais attention, le percarbonate (irritant et comburant) n’est pas aussi anodin que le bicarbonate (qui n’est pas un produit classé dangereux).
        J’espère avoir répondu à la question. Nicolas

  • béatrice · 28 mars 2014 à 16 h 44 min

    peux-t-on mettre du percabonate de sodium dans une piscine pour tuer les algues vertes au sortir de l’hiver ou alors faut-il mettre du bicarbonate de sodium à la place et en quelle quantité ?
    merci pour la réponse

    Répondre

    • Admin comment by Nicolas · 31 mars 2014 à 21 h 17 min

      Bonsoir Béatrice… je vous déconseille le percarbonate contre les algues car il n’est pas rémanent (il se décompose très rapidement en eau oxygénée et en carbonate de sodium, c’est donc une action « choc »…). Le bicarbonate de sodium en revanche va agir dans la durée. Il faut doser à 500 g par mètre cube pour un résultat. Il est possible de monter au dessus de 1 kg par m3 si nécessaire (mais pas dans un bassin avec des poissons et/ou des végétaux).
      Cordialement,
      Nicolas

      Répondre

  • BOULAZ · 12 juillet 2014 à 9 h 12 min

    Peut-on utiliser le bicarbonate pour nettoyer ,blanchir les toilettes?
    Merci

    Répondre

    • Admin comment by Nicolas · 17 août 2014 à 19 h 37 min

      Oui, sans aucune restriction. Le combiner au vinaigre blanc, c’est encore mieux !

      Répondre

Laissez votre commentaire

© 2010 - Cie du biarbonate - tous droits résévés - Mentions légales - Conception: Storeofshop